Bright (By Netflix) – Vie sociale pas facile avec des Orcs et des Elfes…

Film Netflix sortie le 22 Décembre 2017

Un film ? Une Saga ? Une série ? Quand Netflix se met à faire ses propres films et qu’il est plutôt sympatoch et original on s’attend peut-être à une bonne petite série de film ! ET ce sera le cas car BRIGHT chapter 2 est déjà en prévision après une superbe sortie. Mélanger Orcs, Fées, Elfes et autres bêtes féeriques et mettez les dans le monde d’aujourd’hui… Faites place à la critique !


bright


Synopsis

Dans un monde contemporain alternatif, humains, orcs, elfes et fées coexistent depuis le début des temps. Défiant les genres, Bright est un film d’action qui suit deux policiers issus de milieux différents, Ward et Jakoby. Confrontés aux ténèbres lors d’une patrouille nocturne de routine, ils voient leur avenir et leur monde se métamorphoser à jamais.



Passage en Mode NETFLIX

Le résultat tient plutôt bien la route. Cela grâce à un début assez dynamique, efficace, qui, en peu de temps arrive à planter le décors. C’est d’ailleurs dès le début qu’on pensera à District 9, et qu’on se dira que Neill Blomkamp aurait pu faire du bon boulot là-dessus. Mais il faudra se “contenter” de David Ayer (scénariste de Training Day, réalisateur de Suicide Squad). Un lynchage express a été donné à ce film pour cause d’un Suicide Squad non plaisant à un trop grand nombre. On ne lui pardonne ce film, alors on décide de l’abattre automatiquement sur son dernier. Ajoutez à cela une production Netflix, entraînant donc un Netflix bashing. Aux USA, comme en France, les professionnels du métier voient le géant de la VOD d’un mauvais oeil, surtout quand celui-ci débarque à Cannes. Bref, un cocktail parfait pour essayer de pratiquer un avortement… post-naissance. Tuons la vilaine bête qu’a engendré ce monstre, exposons le nouveau-né.

 

Le racisme dénoncé dans le film !

Le duo Will Smith/Joel Edgerton fonctionne mais manque peut-être de profondeur. Le personnage de Will Smith semble le seul de tous les flics à ne pas être un profond raciste écartant de ce fait l’anti-héros. De son côté, l’Orc est discriminé, moqué, méprisé. D’une part, c’est ce manichéisme que l’on peut reprocher au film. Rien n’est ambigu. Les méchants sont bien méchants et les gentils sont bien des gentils. Mais d’autre part, on peut y voir dans cette allégorie le reflet de notre société qui met en exergue le racisme. Mais ici, le racisme est à prendre au mot. Ainsi, la race humaine se montre hostile envers celle des orcs. On n’oublie pas ce qu’ils ont fait par le passé, il y a 2 000 ans. C’est en cela que le film est intéressant. La diversité (humaine) il y en a. Les hommes ne sont qu’un groupe et on se fiche de la couleur de peau d’untel ou untel. Ce qui compte c’est qu’il soit un humain, ce qui l’oppose par nature aux orcs. Le racisme est alors dépeint à un tout autre niveau, dans une sci-fi faisant intervenir des créatures mythologiques.

 

Trop long / Trop court

Avec ces 111 mins (sans end credit) Bright peut sembler soit long, soit court. Long parce que son rythme est assez inégal. Passé les vingts premières minutes on sent un essoufflement. Il faudra attendre aux environs de 40 mins pour de nouveau relancer la machine.
Mais il est aussi trop court, car beaucoup de concepts évoqués ne sont pas expliqués. Pour sa défense, on apprendra que Netflix compte en faire une franchise. Ainsi, il est probable d’y voir un préquel, et une suite (comme la série Marco Polo dont un personnage a eu le droit à un court-métrage pour raconter sa background story). Cette durée n’est pas non plus propice à un réel travail psychologique sur les personnage. L’orc ne se trouve pas vraiment torturé dans sa condition, et l’humain arrive très facilement à se défaire du comportement de ses congénères face aux autres races. Non, on ne trouvera ici aucun personnage qu’on aimerait détester.


Bright-Noomi-Rapace


Le bilan, le bilan !

Au final Bright est un blockbuster qui fait pschiit, qu’on se le dise. Mais il n’est pas non plus un film qui mérite une simple étoile sur la plateforme VOD. Il reste un film qui a pour fonction, comme tout blockbuster, de nous divertir. Malheureusement, on ne va pas se creuser les méninges… ou heureusement, on va pouvoir tranquillement s’asseoir devant un film tout en ingurgitant une bonne dose de sucre. Tout est histoire de goût. Le tout à moindre frais (dans l’offre légale évidemment), au grand dam des salles obscures dont le plein tarif d’aujourd’hui est le demi-tarif de demain.

Notons le ici d’un jolie 6.5/10 !

Naitone.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :